À Valenciennes : “Il faut le contrôle ouvrier !”

26 Mai 2021

Le même jour, près de Valenciennes, s’est tenue une rencontre Lutte ouvrière en présence de Nathalie Arthaud, Éric Pecqueur, tête de liste en Hauts-de-France, et Édith Weisshaupt, tête de liste du Nord, tous deux ouvriers chez Toyota.

Plusieurs participants ont dénoncé les attaques du patronat contre les travailleurs, en particulier l’utilisation de toutes sortes de contrats, comme l’apprentissage, pour payer des jeunes une misère.

La discussion a aussi porté sur les discours des politiciens qui cherchent à opposer ceux qui ont un travail et ceux qui sont au chômage. Au point que parfois des chômeurs ne se voient plus comme des travailleurs et se demandent comment se reconnaître dans une liste Lutte ouvrière. Cela fait partie du combat des communistes révolutionnaires de lutter contre ces idées qui divisent et d’y opposer la conscience que tous ceux qui n’exploitent personne, et qui n’ont que leurs bras et leur cerveau pour gagner leur vie, peuvent être fiers d’appartenir au « camp des travailleurs » qui font tout tourner dans la société.

Des doutes et des inquiétudes face à la vaccination ont été exprimés. C’est pourtant une avancée majeure dont il faut se servir, même si la méfiance est compréhensible tant il est vrai que dans tous les domaines économiques il faut refuser de faire confiance aux capitalistes, qui organisent le travail et la production pour faire le maximum de profits, au détriment de la qualité et de la sécurité.

« La question de la sécurité des produits ne pourra être résolue que par la prise de contrôle de la production par les ouvriers. Et ça, c’est justement le combat des militants communistes que nous sommes ! », a conclu Nathalie.

Correspondant LO