Ministres : tous au charbon

19 Mai 2021

Ordinairement, les gouvernements en place assurent que les élections intermédiaires, régionales et municipales, sont locales et ne concernent en rien les ministres et le président.

C’est bien naturel, car ces élections arrivent alors qu’une fraction de l’électorat a eu le temps d’évaluer la politique gouvernementale et est donc pris d’une brusque envie de la sanctionner. Les régions sont ainsi passées à gauche sous Sarkozy et, inversement, à droite sous Hollande.

S’attendant à un désaveu semblable les 20 et 27 juin prochains, Macron, au contraire de ses devanciers, politise le scrutin et l’utilise comme une préparation à l’élection présidentielle de 2022. On voit donc quinze ministres partir au front en véritables hommes et femmes-sandwiches ayant pour tout programme « Chez Macron tout est bon ».

Le but est de tenter d’affaiblir un peu plus la droite afin de préparer un duel Macron-Le Pen et donc, croit le président, sa victoire finale à l’élection présidentielle.

La pensée politique de Macron ne dépasse pas le scénario d’un film de super-héros, dans lequel tout conduit à l’affrontement du bien et du mal. Quand on est ministre, il faut se dévouer : dans ce genre de film, avant l’apothéose des héros, les figurants en prennent toujours plein la figure.

P. G.