Amazon – Brétigny : pour quelques milliards de plus

19 Mai 2021

Amazon a annoncé avoir triplé ses bénéfices au premier trimestre 2021 : 8,1 milliards de dollars, contre 2,5 milliards l’an dernier. Dans le même temps, la direction d’Amazon France propose 2 % d’augmentation de salaire, soit environ 25 euros par mois pour les préparateurs de commande.

Ces profits record ne sont possibles qu’en poussant les travailleurs à être toujours plus productifs. Par exemple, à l’entrepôt de Brétigny-sur-Orge dans l’Essonne, dans le secteur où les travailleurs prélèvent les articles dans les étagères robotisées qui défilent devant eux, le rythme imposé est intense. En dix secondes seulement, il faut monter sur un escabeau ou se baisser à ras du sol, trouver l’article dans le compartiment qui peut en contenir plusieurs dizaines, le scanner, et enfin le déposer dans un bac. Les leaders (contremaîtres) exercent une surveillance constante à l’aide d’un ordinateur qui affiche en temps réel des statistiques détaillées sur la cadence de chacun. Ils passent régulièrement indiquer à chaque travailleur quel est son quota de production, et ils donnent des conseils pour gagner quelques fractions de seconde sur chaque opération. Des concours de rapidité sont également organisés, non seulement pour augmenter la cadence, mais aussi pour tenter de distiller un esprit de concurrence entre travailleurs.

Nombre de salariés souffrent du dos, des épaules ou des cuisses. Il y a bien une infirmerie dans l’entrepôt, mais elle ressemble à un commissariat, où les salariés blessés sont interrogés sous l’œil des managers. Ils s’entendent dire que s’ils ont des douleurs, c’est parce qu’ils n’ont pas respecté les gestes recommandés. Ainsi, la direction de l’entrepôt peut se vanter d’avoir un nombre très faible d’accidents du travail.

Amazon a annoncé dans les médias une vaste campagne d’embauches en CDI, mais l’envers du décor est que la majorité des travailleurs ne restent pas au-delà des deux mois de la période d’essai. Soit ils sont épuisés par le travail et partent d’eux-mêmes, soit ils sont renvoyés sous des motifs divers du genre « le profil ne correspond pas ». Le renvoi se fait systématiquement le dernier jour de la période d’essai, quelques minutes avant la fin du travail. Quant aux intérimaires qui arrivent à la fin de leur mission, ils ne savent pas en partant le vendredi s’ils seront renouvelés le lundi. Certains découvrent en arrivant, lorsque leur badge ne fonctionne plus, que leur mission a été arrêtée. Avec cette politique, la direction d’Amazon trouve moyen de faire travailler jusqu’au dernier moment tous ceux qu’elle a décidé de renvoyer.

C’est avec cette exploitation que se fabriquent les profits versés aux actionnaires.

Correspondant LO