L’usine de Marie-Galante à l’arrêt

05 Mai 2021

L’usine sucrière Grande-Anse de l’île de Marie-Galante a cessé de fonctionner le 14 avril, suite à la casse d’une chaudière.

Cette sucrerie rhumerie était l’une des deux survivantes de l’archipel, avec l’usine Gardel située au Moule, en Guadeloupe « continentale ».

L’usine de Marie-Galante subit une mort lente depuis des années. Elle n’est pas entretenue et, à chaque récolte, le démarrage est incertain. Pourtant ses propriétaires ont touché au fil des années des millions de subventions de l’État.

Cette fois, elle est complètement à l’arrêt et ne pourra pas être réparée avant 2022. En attendant, les cannes des petits planteurs devraient être acheminées vers l’usine du Moule, aux frais de la région, mais le processus doit encore être expérimenté.

L’arrêt de l’usine est un coup dur pour une population déjà très éprouvée par le chômage. La fermeture définitive serait catastrophique. Les ouvriers de l’usine et les petits planteurs se sont organisés en comité pour la sauvegarde de l’usine et le maintien de la filière canne à Marie-Galante. Des mobilisations sont prévues pour exiger la garantie des emplois et des salaires, revenus ou indemnités.

M.-C. D.