Justice : précarité jusque dans les prétoires

05 Mai 2021

Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti annonce l’embauche d’un millier de contractuels, juristes assistants et renforts de greffe.

Dans le cadre de son projet de loi « pour la confiance dans l’institution judiciaire », il se fait fort de réduire les délais de jugement.

L’objectif serait que, d’ici trois ans, le règlement d’une affaire prenne au plus six mois au lieu de plus d’un an en moyenne actuellement en première instance et d’un an et demi en appel.

Mais derrière les effets d’annonce de ce plan prétendument historique et de cette « grande bataille pour réduire les délais », il y a la réalité des embauches annoncées. En fait ces 1 000 personnes seront recrutées pour une période d’un an à trois ans, renouvelable une fois seulement. On est donc loin d’embauches réelles et le délai de trois ans que se fixe le ministre pour réduire les délais montre bien qu’il ne croit même pas vraiment à ses annonces. Et le 1,3 million de dossiers en souffrance qu’il regrette risque longtemps encore de rester dans des tiroirs.

Cédric DUVAL