À Calais, une mobilisation réussie

05 Mai 2021

Vendredi 30 avril, des travailleurs de Carrefour Mivoix à Calais, soutenus par des militants syndicaux d’autres sites des environs, ont tenu un piquet de grève devant le supermarché : « On refuse d’être moins payés, moins nombreux et plus polyvalents. »

En effet, c’est sur le dos des salariés qu’est programmée la mise du magasin en location gérance avec laquelle Carrefour espère se dégager par avance de ses responsabilités en cas de suppressions d’emplois ou d’attaques contre les conditions de travail. Sur les autres sites où ce transfert est déjà fait, les précaires ont été mis dehors, la sixième semaine de repos a disparu, des primes ont été supprimées, avec une perte annuelle de 2 300 euros environ alors que les salaires sont au minimum.

Carrefour, qui affiche des profits records depuis des années, et encore plus en 2020, a prévu de verser 400 millions d’euros à ses actionnaires. Mais ce groupe vorace aurait tort de croire la partie gagnée : les salariés ont déjà montré leur combativité le 3 avril en faisant grève pour des hausses de salaire et des embauches, et contre la dégradation continue de leurs conditions de travail. Ceux qui se sont mobilisés lors de cette nouvelle journée de grève, qui a été un succès, ont montré qu’ils ne veulent pas se laisser brader.

Correspondant LO