Les marins face au Covid

21 Avril 2021

Les marins paient un lourd tribut à la pandémie, comme victimes et par la dégradation de leurs conditions de travail. Et pourtant les discussions continuent pour savoir s’ils sont prioritaires pour se faire vacciner, en France et dans d’autres pays.

Récemment, deux marins sont décédés du Covid alors qu’ils travaillaient sur le thonier d’un armateur réunionnais. Le virus s’est propagé parmi l’équipage, la promiscuité étant inévitable. Le manque de moyens à bord et la durée du trajet de retour ont fait le reste

Avec la pandémie, leurs conditions de travail sont devenues très difficiles. Au plus fort de la crise, 400 000 marins ont été bloqués à bord pendant plus d’un an, sans pouvoir débarquer. D’autres restent au chômage, puisqu’ils ne peuvent pas relever ceux qui sont en mer. Cette situation perdure et concerne aujourd’hui encore 200 000 marins.

Il a été question de leur accorder un statut de travailleur clé pour leur permettre de franchir plus facilement les frontières, mais très peu de pays s’y sont engagés. Qu’il s’agisse des marins qui assurent le transport des marchandises d’un bout à l’autre de la planète – 80 % du volume mondial passe par la voie maritime –, des employés des croisières ou des bateaux de pêche industrielle, ces travailleurs, provenant des quatre coins du monde, sont restés otages des politiques nationales de restriction de circulation. Quant aux patrons, beaucoup se moquent bien de la situation des marins. Sur terre comme en mer, la situation des travailleurs « de seconde ligne » reste une question secondaire pour les dirigeants de ce monde.

Inès Rabah