EPSM de la Sarthe : pénurie de lits et de personnel

21 Avril 2021

Depuis plusieurs mois, l’hôpital psychiatrique d’Allonnes (établissement public de santé mentale) près du Mans, connaît une vague d’hospitalisations suite à l’épidémie et au confinement.

Le manque de lits et de personnel rend impossible de prendre en charge tous les patients qui en auraient besoin. Certains sont renvoyés chez eux ou embolisent les urgences d’autres établissements. En avril, plusieurs clusters au sein même de l’hôpital, avec au moins 60 malades du Covid, patients et personnel, ont encore aggravé une situation déjà très tendue.

La direction n’a pas mieux anticipé, ni mieux préparé le personnel que lors d’un premier foyer épidémique qui avait eu lieu dans une MAS (maison d’accueil spécialisée) en janvier et où un résident était mort du Covid. C’est donc à nouveau le personnel de l’hôpital qui doit se démultiplier pour gérer la crise et maintenir la barque à flot : congés annulés, réduction de l’offre de soins en ambulatoire, difficultés à trouver des renforts dans d’autres services quand partout il manque du monde. Beaucoup tombent malades.

Actuellement, une soixantaine d’infirmiers manquent à l’hôpital, en comptant tous les arrêts maladie, Covid et les autres, ainsi que les postes non pourvus. Face à cette situation catastrophique, la direction envisage même de faire appel à la réserve sanitaire nationale de soignants.

En étant plus nombreux, les difficultés pour gérer cette crise auraient été moindres. À l’EPSM comme ailleurs, patients et personnel de santé payent chèrement des années de politiques d’économies de l’État.

Correspondant LO