Thales AVS – Vélizy : ni 0 %, ni des miettes !

14 Avril 2021

Suite à l’annonce de la direction fin mars de ne pas augmenter les salaires, les débrayages et les grèves continuent depuis plusieurs semaines sur les sites de Thales AVS de Vélizy, Méru, Chatou et Moirans (Trixell).

Sur le site de Vélizy, les travailleurs sont entre 100 et 120 à débrayer quasiment tous les jours plusieurs heures, équipes du matin et du soir confondues. Depuis des semaines, la production tourne au ralenti.

Le jeudi 8 avril, ils ont été en grève toute la journée, toujours aussi nombreux malgré le problème de la garde des enfants, les vacances scolaires et la soudaine annonce de la direction sur l’augmentation des cas de Covid parmi les salariés. Ce jour-là, les ateliers de production étaient déserts. Les grévistes ont manifesté à l’intérieur de l’usine, dans les ateliers et les bureaux. Puis, ils sont allés devant le site Dassault, voisin du leur, Dassault étant aussi un des actionnaires principaux de Thales.

Ce même jeudi, quatre travailleurs du site de Méru sont venus apporter leur soutien et raconter leur mobilisation commencée le 25 mars. Après avoir découvert que la direction faisait sortir la production de nuit, ceux-ci ont décidé d’occuper leur usine, jour et nuit, pendant une semaine. Ils ont été applaudis par tous les grévistes de Vélizy.

Le lendemain, la direction, qui avait d’abord proposé 0,65 % d’augmentation puis est allée à 0,7 %, a déclenché des réactions immédiates. Devant un haut responsable du groupe, les travailleurs ont lancé : « Vous vous foutez de nous », « Vous nous avez craché à la figure avec vos zéro %. »Un nouveau débrayage a été prévu dès le lundi matin suivant. Là, un rassemblement a eu lieu et une nouvelle journée de grève a été organisée pour le jeudi 15 avril, avec manifestation avec les grévistes des autres sites devant le siège Thalès à la Défense : la lutte continue !

Correspondant LO