Nos lecteurs écrivent

14 Avril 2021

« Je suis travailleuse sociale en charge de la protection de l’enfance. Nous recevons les familles et nous nous déplaçons à leur domicile. Nous intervenons auprès de personnes vulnérables.

Le secteur médico-social fait dorénavant partie de ceux considérés prioritaires. Dans mon service, nous sommes nombreux à vouloir être vaccinés.

Mais rien n’est organisé : chacun d’entre nous doit se débrouiller tout seul pour trouver un lieu, un rendez-vous. Les consignes du gouvernement ne cessent de varier.

À deux reprises, plusieurs collègues, malgré des rendez-vous confirmés, ont dû repartir chez eux sans être vaccinés, faute de doses. Ainsi, un matin à 9 h 30, nous avons appris qu’il n’y avait plus que 66 doses pour la journée à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.

Dans cette course d’obstacles, un de nos collègues s’est retrouvé contaminé par le Covid-19 et dans un coma artificiel.

Nous avons tous été profondément touchés et révoltés.

Nous refusons ce loto. Le vaccin devrait être accessible à tous ceux qui le souhaitent ! »

Une lectrice de Paris