Lycée Jacques-Brel – Choisy-le-Roi : mobilisés contre des menaces de sanctions

14 Avril 2021

Jeudi 8 avril, devant le rectorat de Créteil, 130 personnes se sont rassemblées en soutien à Lahcène, un enseignant du lycée professionnel Jacques-Brel, à Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne.

Celui-ci était convoqué dans le cadre d’une procédure disciplinaire pour une seule raison : avoir tenu tête à sa proviseure.

Le 2 novembre 2020, premier jour de la rentrée après les vacances de la Toussaint, tous les établissements scolaires devaient organiser un hommage à Samuel Paty, professeur assassiné pour avoir fait un cours sur la liberté d’expression. Le ministère de l’Éducation avait prévu dans un premier temps la tenue de réunions pour permettre aux enseignants d’en discuter. Puis Blanquer avait annoncé la suppression de ces deux heures de concertation.

Au lycée Jacques-Brel, la proviseure a tenté à deux reprises d’empêcher la tenue d’une telle réunion. Il s’en est suivi un échange vif avec Lahcène et un autre enseignant, tous deux représentants syndicaux. Suite à un rapport de cette proviseure, les deux enseignants, ainsi qu’un troisième, absent lors des faits, mais qui a le tort d’être lui aussi représentant syndical, ont été convoqués au rectorat en décembre. Enfin, en mars, lors d’une deuxième convocation, l’un d’entre eux s’est vu clairement dire qu’il n’avait pas à juger son supérieur hiérarchique. En résumé, un fonctionnaire doit obéir sans discuter et Lahcène a appris qu’une procédure disciplinaire était ouverte à son encontre et qu’il était passible d’une sanction pouvant aller jusqu’à la révocation.

Plus de la moitié des enseignants du lycée et des agents étaient présents au rassemblement pour accompagner Lahcène au rectorat. Il y avait aussi des enseignants de plusieurs autres établissements et écoles, des agents territoriaux, des agents de la RATP eux-mêmes en butte à la répression dans leur entreprise, et des militants syndicaux d’autres entreprises. Prises de parole, slogans, chanson, l’ambiance était déterminée et joyeuse sous le soleil.

Tous voulaient affirmer à cette occasion leur refus de baisser la tête et de se laisser mettre au pas, surtout dans cette période de crise où les travailleurs et une grande partie de la population ont de nombreuses raisons d’exprimer leur mécontentement.

Correspondant LO