Renault – Aubevoye et Lardy : les travailleurs se font entendre

24 Mars 2021

Au Centre technique Renault d’Aubevoye, dans l’Eure, travaillent habituellement 1 000 embauchés et prestataires, qui font les essais sur véhicules. Ces dernières semaines, moins de 50 % d’entre eux étaient sur le site.

Jeudi 18 mars, 120 travailleurs se sont rassemblés pour protester contre l’intention de Renault d’externaliser la maintenance des moyens d’essais. Les douze salariés de ce secteur étaient satisfaits de voir de nombreux collègues se mettre en grève à leurs côtés.

Le même jour, au Centre technique de Lardy dans l’Essonne, 300 salariés se sont également rassemblés. En tout, une trentaine de travailleurs de ces deux sites, ainsi que du Technocentre de Guyancourt dans les Yvelines et de l’usine du Mans, risquent en effet de se voir externalisés de Renault, avec les menaces sur les salaires, les conditions de travail, voire l’emploi, que cela implique.

Lors de prises de parole, les travailleurs concernés ont exprimé leur colère, disant : « On n’est pas du bétail ! ». D’autant que certains avaient déjà dû quitter l’usine de Cléon, il y a quelques années.

Avant même cette externalisation, les travailleurs concernés exprimaient déjà leur crainte pour leurs emplois aux centres d’essais d’Aubevoye et de Lardy. Car, à la suite du plan de 3 milliards d’euros d’économies annoncé par Renault, l’annonce de 15 000 suppressions d’emplois dans le monde, dont 4 600 en France, ce sont tous les travailleurs du groupe qui sont sous la menace de perdre leur travail, intérimaires et prestataires en première ligne.

Ces rassemblements montrent que la crainte est largement partagée, mais aussi que, face aux attaques de la direction, les travailleurs commencent à relever la tête.

Correspondant LO