Urgences : une situation dramatique

17 Mars 2021

Une étude commandée par l’Association des maires ruraux de France montre que plus de six millions de personnes n’ont accès à un service d’urgence qu’après au moins 30 minutes de trajet en voiture.

Dans ces 10 % de la population nationale, on compte pour trois quarts des ruraux. Le délai de 30 minutes a été choisi comme correspondant au délai optimal de la prise en charge d’un infarctus du myocarde par un service mobile d’intervention, Samu, Smur, pompiers, etc.

L’existence de ces déserts médicaux n’est bien sûr pas une découverte et ils risquent d’être de plus en plus nombreux, l’Association des maires ruraux de France dénonçant des projets de fermeture de plus de 60 services d’urgence accueillant moins de 10 000 patients par an.

Mais, face à cette situation dramatique les gouvernements depuis des années n’ont su que faire des promesses sans suite. En 2012, Hollande avait annoncé : « Aucun Français ne doit se trouver à plus de 30 minutes de soins d’urgence. » En 2019, Emmanuel Macron promettait « l’arrêt des fermetures des hôpitaux sans l’accord du maire de la commune ». Mais, concrètement, l’évolution va toujours dans le même sens et l’accès aux urgences est encore plus difficile. Et, au moment où la pandémie se développe aussi rapidement, ces choix sont criminels.

C. D.