Nos lecteurs écrivent Vigiles et vigilants

17 Mars 2021

« Je travaille dans une petite société de gardiennage dans la région Centre, qui emploie quelques dizaines de salariés, et nous sommes en poste, parfois tout seuls, sur différents sites.

Début mars, la direction, par l’intermédiaire d’un responsable, nous a informés par mail que dorénavant les heures supplémentaires serait « lissées », c’est-à-dire ne seraient plus majorées au-delà des 35 heures hebdomadaires, mais rattrapées par des congés ; ils ne précisaient même pas dans quel délai.

Sachant que les heures supplémentaires sont plus que monnaie courante, que c’est quasiment chaque semaine qu’on nous rappelle, du jour au lendemain parfois, pour « boucher un trou », en revenant sur nos repos, voire sur nos congés, là, c’était trop !

Après quelques discussions entre nous ici et là, le responsable a été inondé d’appels téléphoniques venus des différents sites pour lui signifier que si c’était cela, on ne viendrait pas, qu’on ne compte plus sur nous pour « dépanner », au point qu’au bout de quelques heures, la direction jetait l’éponge : « On ne bouge rien »…

Au boulot, on nous demande d’être vigilants. Eh bien on a montré qu’on l’était aussi pour ne pas se laisser marcher sur les pieds. »

Un LECTEUR