Intermittents et précaires : “On se bat pour ne pas crever”

10 Mars 2021

Jeudi 4 mars, une manifestation des intermittents du spectacle et plus généralement des précaires a rassemblé à Paris près de 5 000 personnes.

Depuis certains occupent le théâtre de l’Odéon, devant lequel chaque jour à 14 heures ils organisent un rassemblement festif et revendicatif. D’autres théâtres et lieux culturels sont également occupés dans plusieurs villes du pays.

Les métiers du spectacle nourrissent le rêve et l’évasion, mais leurs travailleurs doivent manger, payer leurs loyers. Et si Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture, s’est montrée à l’Odéon samedi 6 mars et a fait mine de se préoccuper de la situation des intermittents, elle n’avait rien à leur annoncer et a débité les mêmes formules creuses qui ne l’engagent à rien.

Les intermittents et les précaires revendiquent l’annulation de la nouvelle réforme de l’assurance chômage, reportée pour l’instant au 1er juillet et la prolongation des droits au chômage de tous ceux qui n’ont pas pu travailler depuis bientôt plus d’un an. Les travailleurs intermittents des théâtres, concerts et autres événements demandent la prolongation de leurs droits au-delà du 2 août.

« L’intermittence, c’est non seulement la précarité, mais aussi l’isolement. Se retrouver, s’organiser, c’est déjà se remettre debout », observait une manifestante. Un constat commun à tous les travailleurs, dans tous les secteurs.

Correspondant LO