Émirats arabes unis : le supplice d’un militant

03 Mars 2021

Dans un rapport publié le 27 janvier dernier, l’organisation Human Rights Watch relate les conditions de la détention d’Ahmed Mansour, un militant des droits de l’homme des Émirats arabes unis (EAU).

Arrêté en 2017, condamné à dix ans de prison pour « atteinte à la réputation de l’État », Ahmed Mansour est détenu à l’isolement dans une cellule de 4 mètres carrés, à la prison d’al-Sadr, à Abou Dhabi, un des sept États des EAU. Il dispose d’une couverture pour dormir à même le sol. Il n’a ni poste de télévision, ni radio, ni livre, ni papier, ni stylo. Il est privé de tout contact avec les autres détenus. En guise de visite, Ahmed Mansour n’a droit qu’à une demi-heure de parloir tous les six mois avec sa femme et ses enfants – des visites suspendues depuis un an au prétexte de l’épidémie. Pour protester contre ces conditions, il a fait deux grèves de la faim, une de 25 jours, la seconde de 49 jours, et a été nourri de force.

Alors qu’Ahmed Mansour est le militant le plus connu des Émirats arabes unis, les États occidentaux, dont la France, n’ont pas émis la moindre protestation. Les EAU achètent un grand volume d’armes aux pays occidentaux. Ceci explique cela.

Michel BONDELET