Plan cancer : loin du compte

10 Février 2021

Jeudi 4 février, à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, Emmanuel Macron a présenté un plan de 1,7 milliard d’euros pour les cinq prochaines années, pour lutter contre cette maladie, première cause de mortalité dans le pays avec près de 150 000 morts par an.

Comme ses prédécesseurs, Macron s’est fait le chantre de la prévention contre le tabac et l’alcool. Il réaffirme que la lutte contre le tabagisme doit commencer dès l’école, tout en se gardant bien de préciser les moyens qu’il compte mettre en œuvre pour y parvenir. Concernant l’alcoolisme, si certains addictologues avaient encore des illusions sur celui qui s’est déclaré opposé au durcissement de la loi Évin, ils ont probablement été dégrisés en l’entendant déclarer que « les alcools produits en France font partie de nos traditions, appartiennent à notre art de vivre ».

Au même moment, confrontés à l’épidémie de Covid-19 et au manque de moyens, les hôpitaux commencent à déprogrammer certaines opérations. Au mois de mars, lors de la première vague, les reports d’interventions, le retard dans les traitements et les diagnostics avaient entraîné une augmentation du nombre de cancers graves. La responsabilité en incombe au gouvernement qui s’est refusé à débloquer des moyens pour les hôpitaux.

Macron prétend initier une « stratégie de grande ambition ». Mais en réalité, il n’y a aucune ambition, grande ou petite, juste une stratégie de communication et une indifférence criminelle à l’égard des problèmes de santé publique.

D. M.