Éducation : les mensonges des dotations scolaires

10 Février 2021

En mars dernier, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, s’était engagé à ce qu’il n’y ait aucune fermeture de classe en milieu rural sans l’accord des maires, vu les circonstances exceptionnelles dues à l’épidémie.

Voici pourtant deux exemples de carte scolaire où des fermetures de classes ont été annoncées.

Fin janvier, dans le Puy-de-Dôme, la présentation de la carte scolaire 2021 par la direction académique prévoyait 41 fermetures de classes, essentiellement dans les communes rurales, déclenchant une bronca générale chez les parents, les syndicats et les élus. L’administration a fait l’unanimité contre elle et provoqué plusieurs manifestations dans les communes visées. Une nouvelle réunion du comité départemental prévue pour le 5 février a été boycottée. La direction académique a alors un peu reculé, retirant onze classes de la liste des fermetures, mais elle maintient sa volonté d’en fermer une trentaine.

Dans le département des Côtes-d’Armor, la première carte scolaire pour la rentrée scolaire 2021 prévoyait, dans le primaire, 42 fermetures de classes et 20 ouvertures.

Une manifestation regroupant enseignants et parents d’élèves a eu lieu mercredi 3 février devant l’Inspection académique de Saint-Brieuc. Cette mobilisation l’a contrainte à revoir un peu sa copie. Maintenant, il y aurait 24 ouvertures et autour de 32 fermetures.

Cela ne fait toujours pas le compte. Et tant que la crise sanitaire ne sera pas réglée, il est plus nécessaire que jamais de maintenir toutes les classes et toutes les écoles pour répartir les effectifs dans le maximum de locaux.

Correspondants LO