Agent orange : des millions de victimes et un procès

27 Janvier 2021

Lundi 25 janvier s’est ouvert à Évry un procès contre 14 géants de l’industrie chimique, dont Bayer-Monsanto et Dow Chemical, fabricants du sinistre « agent orange » répandu massivement de 1961 à 1971 par les avions et les hélicoptères américains lors de la guerre du Vietnam.

Une ancienne combattante vietnamienne de 79 ans, Tran To Nga, vivant aujourd’hui en France, elle-même deux fois exposée à ce poison, tente courageusement de faire condamner ces firmes pour les séquelles dévastatrices de cette guerre chimique.

En 1961, le président américain, Kennedy, à peine entré en fonction, choisit d’intensifier la guerre du Vietnam et lança l’opération « Ranch Hand » (ouvrier agricole), consistant à détruire par épandage de défoliants les récoltes et les forêts où des combattants vietnamiens se camouflaient.

Pendant dix ans, 80 millions de litres de défoliants toxiques ont ainsi été largués sur deux millions d’hectares de la forêt vietnamienne, dont 46 millions de litres d’agent orange, contenant de la dioxine. Des milliers de villages et de deux à cinq millions de personnes y ont été exposés. Ce produit a provoqué la multiplication des cancers, non seulement chez les personnes directement en contact, mais chez leurs descendants. Les femmes transmettent la dioxine, stockée dans les graisses, à leurs enfants lors de la grossesse et de l’allaitement. La dioxine a infiltré les sols et contaminé toute la nourriture, semant la mort et la maladie pour des générations. Le nombre de fausses couches a explosé dans les zones contaminées dès cette période.

Aujourd’hui, à la quatrième génération, nombre de nourrissons naissent encore victimes de malformations, privés de bras, hydrocéphales ou avec de lourdes pathologies physiques ou mentales. Trois millions en subissent encore les conséquences, « les plus misérables parmi les plus misérables », explique Tran To Nga. Personne ne peut dire quand ce calvaire finira pour les familles vietnamiennes.

La population vietnamienne n’a été informée que bien plus tard, souvent à partir des années 1990, des liens entre leurs maladies et l’agent orange, certains cachant parfois honteusement leur enfant handicapé. En revanche, les firmes et le gouvernement américain ont déclenché cette guerre chimique en connaissance de cause et ont classé secret pendant 35 ans un rapport listant les pathologies et malformations engendrées par la dioxine.

Le gouvernement fédéral américain s’est mis lui-même juridiquement hors de cause en décrétant son immunité pour tout acte commis en temps de guerre. Dans les années 1970, des vétérans de l’armée américaine, ayant gardé eux aussi des séquelles de l’agent orange, avaient donc lancé une action collective en justice contre six firmes. Celles-ci avaient concédé à l’amiable une somme dérisoire pour éviter les poursuites. Mais rien n’a été obtenu pour les victimes vietnamiennes, la justice américaine ayant dédouané les mêmes firmes en 2004.

Quelle que soit l’issue du procès en cours cette fois-ci en France, il a le mérite de mettre sur la place publique les crimes commis par l’impérialisme pour tenter d’assurer sa domination.

Christian BERNAC