Loi de Sécurité globale : manifestants matraqués

20 Janvier 2021

Samedi 16 janvier, des dizaines de milliers de manifestants ont de nouveau battu le pavé de nombreuses villes du pays pour exiger le retrait de la loi dite de Sécurité globale.

L’appel lancé par un collectif de 80 organisations et associations (la Ligue des droits de l’homme, Amnesty international, des syndicats…) a été rejoint par des associations culturelles et, dans beaucoup de villes, par de nombreux jeunes protestant contre les sanctions infligées aux organisateurs de fêtes clandestines et de rave-party. À Paris, où défilaient 15 000 personnes, la préfecture a interdit à plusieurs chars et camions équipés de murs de haut-parleurs de participer à la manifestation, au prétexte qu’il s’agissait d’une rave-party non déclarée. Des manifestants ont été verbalisés et se sont vu confisquer du matériel. À Lyon, la manifestation a été brutalement dispersée à coups de gaz lacrymogènes. Au total, le ministre de l’Intérieur s’est félicité de 75 interpellations et de dizaines de gardes à vue.

Après avoir été votée par l’Assemblée nationale, la loi va être examinée en mars par les sénateurs, qui ont promis de réécrire l’article 24, interdisant la diffusion d’images de policiers. Quant aux autres articles, qui visent tout autant à renforcer l’arsenal répressif, il n’y a même pas la promesse de les réexaminer.

Cette loi doit être combattue. La question n’est cependant pas le respect de l’État de droit, comme le disent certains. C’est ce même État qui, dans les entreprises, donne tous les droits aux employeurs et aucun aux travailleurs. Faut-il rappeler que la politique est interdite dans les entreprises et qu’un travailleur peut perdre son gagne-pain pour une simple incompatibilité d’humeur avec sa hiérarchie, ou parce qu’il n’accepte pas des cadences qui deviennent insupportables ? Les violences patronales sont quotidiennes. Avec la crise et son cortège de licenciements et de dégradations des conditions de travail, elles se multiplient. Elles susciteront des révoltes. C’est pour tenter de se protéger contre ces révoltes que le gouvernement renforce l’arsenal répressif de l’État. Le 30 janvier, de nouvelles manifestations sont prévues pour continuer de s’y opposer.

Serge BENHAM