Le 4 février : affirmer les revendications du monde du travail

20 Janvier 2021

La CGT, la FSU, Solidaires et des organisations étudiantes et lycéennes se sont entendues pour appeler à une journée interprofessionnelle de mobilisation et de grève jeudi 4 février.

Depuis le début de la crise sanitaire, les confédérations syndicales n’ont guère pris d’initiatives, et même si celle-ci arrive tard, elle est bienvenue.

Il est en effet de l’intérêt des travailleurs de se saisir de cette occasion pour faire entendre leurs revendications et dire clairement que seule une mobilisation large, unitaire et déterminée pourra permettre au monde du travail de défendre ses droits, les emplois et les salaires.

Une telle mobilisation est possible et nécessaire. Pour être victorieuse, elle devra mettre en avant des revendications susceptibles d’être reprises par tous les travailleurs, quel que soit leur secteur d’activité, qu’ils soient en CDI, précaires ou privés d’emploi. Mettre fin au chômage est possible, en imposant la répartition du travail entre tous avec maintien du salaire. Pour garantir à chacun le droit et les moyens de vivre correctement, il faudra exiger des augmentations de salaire indexées sur le coût de la vie. Pour financer ces mesures, l’argent existe dans les coffres-forts des grands groupes capitalistes et de leurs actionnaires !

Ceux qui feront grève et manifesteront dans tout le pays le 4 février affirmeront ainsi leur volonté de se défendre et de préparer la nécessaire contre-offensive du monde du travail.

Marc RÉMY