McKinsey, des opiacés aux vaccins

13 Janvier 2021
La presse a révélé que depuis décembre le gouvernement fait appel, pour la modique somme de deux millions d’euros par mois, au cabinet privé McKinsey, afin de le conseiller sur l’organisation de la campagne de vaccination.

Question moralité, ce géant américain du conseil est au coeur d’un scandale aux États-Unis. McKinsey a été le conseil marketing de Purdue Pharma, un laboratoire qui commercialise l’OxyContin, un anti-douleur surnommé là-bas « l’opiacé tueur ». Le cabinet conseillait au laboratoire d’accorder en cas d’overdose une remise commerciale à chaque distributeur, en général des pharmaciens. En décembre dernier, McKinsey a finalement péniblement reconnu « ne pas avoir suffisamment pris en compte l’impact dramatique des abus et de l’addiction aux opiacés pour des millions de familles américaines », alors que les plaintes et procès s’accumulent aux États-Unis.

Au même moment , le gouvernement français confiait donc son plan de vaccination à ce cabinet si peu scrupuleux en matière de santé publique. Avec le succès que l’on connaît, puisque la France est jusqu’à présent largement à la traîne des pays européens, ayant vacciné six fois moins que l’Italie ou l’Allemagne par exemple. Pas étonnant : les consultants comme leurs clients capitalistes sont spécialisés dans la multiplication des gains, pas des soins ou des vaccins.

Christian BERNAC