Aides à domicile : prime au rabais

22 Décembre 2020

Juré-craché, Macron s’était engagé à ce que les aides à domicile perçoivent une prime Covid avant Noël. Il voulait, disait-il, « rendre hommage à leur courage » pour avoir continué à s’occuper des personnes âgées ou handicapées durant la première vague de l’épidémie.

À quelques jours de la fin de l’année, on est loin du compte sur le nombre de celles qui ont touché cette prime comme sur son montant, en principe situé entre 1 000 et 1 500 euros.

Le gouvernement justifie cette inertie en déclarant que le financement des aides à domicile ne dépend pas de l’État mais des départements. Et si l’État a débloqué la moitié de la somme, soit 80 millions d’euros, ce serait maintenant aux départements de trouver le reste des crédits. Mais avec l’aggravation de la pauvreté, cela leur devient d’autant plus difficile que le nombre de personnes au RSA augmente, plombant parfois leurs caisses. Et là aussi, la promesse du gouvernement de rembourser aux départements les sommes versées à ce titre tarde à être respectée.

Il y a donc une forte disparité selon les départements. Déjà, deux d’entre eux, le Jura et la Loire, ont annoncé qu’ils n’avaient pas les moyens de financer cette prime. Dans douze autres, elle est inférieure à 750 euros, et quinze départements n’ont pour l’instant donné aucun chiffre. Les critères d’attribution sont différents selon le département, et à cette inégalité s’ajoute le fait que les salariées des particuliers n’y ont pas droit. Comme si, selon la structure employant les aides à domicile, le dévouement, les soins et l’attention portés aux personnes fragiles ne méritaient pas le même traitement.

Marianne LAMIRAL