Société Générale-Crédit du Nord : 600 agences fermées

16 Décembre 2020

La Société Générale a annoncé la fusion de son réseau de banques de détail avec celui du Crédit du Nord et la fermeture de 600 agences, laissant prévoir des milliers de suppressions d’emplois.

Le Crédit du Nord est une filiale de la Société Générale depuis 1997. Mais jusque-là, elle avait gardé une certaine autonomie de fonctionnement.

Dorénavant, les agences Société Générale et Crédit du Nord, voisines dans les centres-villes, seront fusionnées. Les systèmes informatiques des deux banques et d’autres fonctions centrales seront mutualisés. Les syndicats estiment que cette fusion va détruire entre 2 000 et 5 000 emplois.

Ce plan de destruction d’emplois s’ajoute aux 640 postes supprimés dans les activités de banque de financement et d’investissement du groupe. Avec ces deux restructurations, la banque voudrait économiser près d’un milliard d’euros par an d’ici 2025.

La fusion porte sur l’activité de banque de détail, c’est-à-dire les crédits et les offres de produits de placement auprès des particuliers, des professions libérales, des entreprises de petite taille ou de taille moyenne, des associations ou des collectivités locales.

Or depuis mai-juin dernier, avec la crise sanitaire et les pertes de revenus liées au chômage partiel, les banques de détail ont doublé les refus d’octroi de crédit immobilier aux particuliers. Elles ne prennent d’autre part aucun risque avec les prêts étudiants ou les prêts aux entreprises en difficultés du fait des fermetures forcées, car l’État a débloqué dès mars une enveloppe de 300 milliards d’euros de garantie de prêts.

Pour maintenir, voire augmenter, les dividendes qu’elle versera à ses actionnaires, la Société Générale supprime des emplois, limite ses offres de crédits aux particuliers ; cela tout en bénéficiant du soutien financier de l’État.

Léa Portier