Congés payés : aux frais des travailleurs

09 Décembre 2020

Le gouvernement a annoncé mercredi 2 décembre la prise en charge partielle de dix jours de congés payés pour les salariés des entreprises les plus en difficulté, celles qui ont été obligées de fermer pendant la période du confinement.

Cette mesure, dont le gouvernement estime le coût à plusieurs centaines de millions d’euros, concerne les entreprises qui ont cumulé 140 jours de fermeture en 2020 ou celles qui ont subi une perte de 90 % de leur chiffre d’affaires. L’État va payer 84 % du coût des congés, et les 16 % restant seront versés par le patron.

Le gouvernement présente cette mesure comme un soutien destiné aux petits patrons de l’hôtellerie, de la restauration, de l’événementiel ou des salles de sports. Évidemment, les plus petits qui n’ont pas de salariés, ne verront pas la couleur de cette aide. Au contraire, les grandes chaînes du secteur, comme Accor ou Louvre Hôtels, vont en profiter un maximum puisqu’elles emploient un très grand nombre de salariés. C’est le cas du groupe Accor, qui a réalisé 464 millions d’euros de profits en 2019 et plus de 2 milliards en 2018… Autant dire qu’il a des réserves qui lui permettraient sans problème de payer les congés des salariés.

Quant aux travailleurs, ils vont devoir prendre ces dix jours de congés entre le 1er et le 20 janvier 2021. Derrière cette mesure qualifiée de soutien aux petits patrons, le gouvernement gave un peu plus de cadeaux les groupes capitalistes et attaque les droits des travailleurs en transformant une période de chômage en période décomptée sur les congés payés légaux.

Arnaud LOUVET