Regroupement familial bloqué : une mesure discriminatoire

02 Décembre 2020

Plusieurs centaines de personnes qui avaient obtenu le droit au regroupement familial sont toujours bloquées dans leur pays d’origine, n’ayant pas obtenu de visa d’entrée. Le prétexte invoqué par les autorités françaises est la fermeture des frontières depuis le premier confinement.

Mais, même après la réouverture des frontières, les dérogations n’ont été accordées qu’au compte-gouttes, à des ressortissants français ainsi qu’à des étudiants, chercheurs ou enseignants habitant quelques pays d’Europe tels que la Suisse ou Monaco, ou le Japon. Mais des travailleurs immigrés installés en France souvent depuis des années n’ont toujours pas pu faire venir leur famille. « Ils ne font pas partie des publics prioritaires », s’est justifié Darmanin, le ministre de l’Intérieur. En langage clair, cela s’appelle de la discrimination, d’autant plus choquante qu’elle touche des travailleurs originaires des pays pauvres du Maghreb, d’Afrique noire ou d’Asie du Sud-Est.

Marianne LAMIRAL