De nombreuses manifestations

25 Novembre 2020

Samedi 21 novembre, plusieurs dizaines de milliers de manifestants dans le pays ont dénoncé l’atteinte à la liberté d’informer sur les exactions de la police.

À Paris, plusieurs milliers étaient rassemblés place du Trocadéro, heureux de se retrouver en ces temps de confinement et de distanciation sociale. Si le parvis des Droits de l’Homme était rendu inaccessible par les forces de police qui encerclaient la place, les pancartes et les slogans affichaient la détermination à ne pas se laisser bâillonner. Les gilets jaunes fêtaient les deux ans de leur mobilisation, émaillée de coups et blessures largement distribués par les forces dites de l’ordre.

Les militants associatifs, politiques et syndicaux, dont des journalistes, affirmaient l’aspect liberticide de cette loi. Les jeunes, venus nombreux, montraient que les récentes brutalités policières contre des lycéens ne les intimidaient pas.

Dans sa prise de parole, notre camarade Nathalie Arthaud a dénoncé elle aussi ceux qui ne veulent pas de témoins de leurs exactions et décisions autoritaires. Mais elle a surtout mis en garde contre la tentative de mise au pas qui est en cours sous prétexte de menace terroriste ou de menace sanitaire. Si le gouvernement a été bien incapable d’anticipation en ce qui concerne la santé publique, il sait en revanche anticiper, avec son arsenal répressif, les prochains mouvements sociaux. La crise sociale et économique ne peut aller qu’en s’aggravant. Les possédants et les hommes politiques à leur service voudraient sauvegarder leurs profits et leurs privilèges en brisant les résistances sociales. Il n’est pas question de les laisser faire.

Correspondant LO