Cnews - Decathlon : la médaille du triple sot

25 Novembre 2020

Après l’annonce par Decathlon du retrait de ses publicités sur Cnews, suite à des propos d’Éric Zemmour, une sainte alliance de la droite et de l’extrême droite a lancé un appel au boycott de l’enseigne de sport.

Animateur promu vedette de Cnews, Zemmour multiplie les ignominies et provocations racistes. Il est d’ailleurs payé pour cela. En septembre dernier, il déclarait à propos de jeunes migrants, mineurs isolés : « Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont. Tous, tous, tous ! » Le parquet a annoncé des poursuites pour injures racistes ou provocations à la haine raciale. Mais pour la chaîne, propriété du groupe Bolloré, cela pèse moins que l’audimat que rapportent ses émissions sur une chaîne télévisée qui fait feu de tout bois.

Du côté de Decathlon, propriété de la famille Mulliez, la fibre humaniste ou antiraciste a bien moins joué que la crainte de perdre des clients issus de l’immigration, en apparaissant par ses publicités comme un bailleur de fonds d’une chaîne qui les injurie quotidiennement. Elle s’est d’ailleurs contentée d’annoncer sa décision, sans explication, en réponse à un tweet.

Cela a suffi pour que des politiciens de droite et d’extrême droite, en quête aussi d’audience cette fois électorale, se promeuvent chevaliers de cette nouvelle croisade. Nadine Morano, l’ancienne ministre sarkozienne, et Robert Ménard, maire d’extrême droite de Béziers, tous deux familiers des plateaux de Cnews, ont hurlé contre la tentative de censure dont serait coupable Decathlon.

Cnews promue symbole de la liberté d’expression et victime de la censure du capital ? Voilà qui doit faire rire le milliardaire Bolloré, propriétaire de la chaîne, comme de C8 et Canal+ dont il a licencié les journalistes gênants, ceux des Guignols entre autres, et censuré certains documentaires.

Christian BERNAC