Ehpad : l’épidémie continue ses ravages

18 Novembre 2020

La première vague de l’épidémie a été une véritable catastrophe dans les Ehpad. Le manque de personnel et la pénurie de matériel de protection ont entraîné la multiplication des contaminations et des décès. L’isolement des résidents et l’interdiction des visites ont rendu cette situation totalement inhumaine.

Pour la deuxième vague, les responsables politiques et scientifiques ont déclaré vouloir éviter la répétition de ce scénario, mais ils n’ont nullement mis les moyens pour cela.

Jean-François Delfraissy, président du comité scientifique qui conseille le gouvernement, a déclaré en septembre devant le Sénat qu’il regrettait ce qui s’était passé dans les Ehpad, « moins médicalisés qu’on ne le pensait », et qu’il fallait que tout soit prêt pour la deuxième vague. Macron, de son côté, a promis plus de tests et le maintien des visites des familles, mais pas une fois il n’a envisagé d’embaucher rapidement du personnel supplémentaire.

Le résultat de cette politique, c’est que la mortalité des résidents d’Ehpad représente toujours 40 % de la mortalité du Covid et qu’il y a actuellement un cluster dans près de 20 % de ces établissements. Les visites des familles sont à nouveau interrompues dès qu’un cas est signalé dans la maison de retraite. De nombreuses questions se posent également sur les conditions de soins, tant il semble que celles-ci soient dégradées et que l’admission des personnes âgées à l’hôpital soit toujours très limitée. De nouveau, comme au printemps, les médias décrivent des situations abominables dans certaines maisons de retraite. Le journal de 13 heures de France 2, par exemple, a rapporté qu’à Loches, en Indre-et-Loire, quatorze résidents sont morts, vingt sont dans un état grave, soignés sur place, tandis qu’une partie du personnel doit continuer à travailler, bien que positif au Covid.

L’épidémie révèle les lacunes du système de santé, et l’état lamentable des Ehpad est une des plus importantes. Elles sont en partie gérées par des entreprises privées qui y trouvent une excellente source de profit. Depuis des années, les travailleurs manifestent régulièrement pour réclamer des embauches, des augmentations de salaire et de meilleures conditions de travail. Ce seraient des mesures d’urgence indispensables pour éviter que chaque vague épidémique se transforme en catastrophe.

Jean POLLUS