Livreurs Deliveroo, Uber Eats, etc. : contre la baisse des tarifs

11 Novembre 2020

Le 30 octobre, des livreurs Deliveroo et Uber Eats se sont rassemblés à Bordeaux, Toulouse et dans quelques autres villes, pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail.

À l’échelle de la France, ils sont des dizaines de milliers de livreurs à travailler pour des plateformes comme Deliveroo ou Uber Eats. Ils enchaînent des livraisons à quelques euros la course, avec des temps d’attente de plus en plus longs. Certains doivent alors travailler pour plusieurs entreprises à la fois.

Depuis 2019, chez Deliveroo, il n’y a plus de tarif minimum pour les courses, ce qui a entraîné une chute des tarifs payés aux livreurs. Uber Eats a lui aussi abaissé brutalement ses tarifications en septembre 2019. Le prix au kilomètre est passé de 1,40 euro à 0,85 euro. Cette aggravation de l’exploitation a permis aux plateformes en ligne de réduire les frais pour les restaurants et d’étendre leurs marchés.

Dernièrement, avec la crise sanitaire, de nombreux travailleurs qui ont perdu leur emploi en CDD ou en intérim s’inscrivent pour faire des livraisons. Celles-ci peuvent donc profiter d’une concurrence accrue entre livreurs, avec des tarifs de plus en plus bas.

Face à ceux qui les mettent en concurrence, les livreurs sont en train de se retrouver et de manifester pour se faire entendre.

Charles Legoda