Les candidats du Working Class Party

11 Novembre 2020

Le Working Class Party, « Parti de la classe ouvrière», soutenu par le groupe trotskyste The Spark, présentait des candidats dans deux États, le Michigan et le Maryland, lors des élections du 3 novembre.

Outre le scrutin présidentiel, les électeurs avaient en effet à se prononcer ce jour-là dans des élections à différents postes.

Le Michigan, un État industriel du Midwest, compte environ 8 millions d’électeurs. Si sa principale ville est Detroit, la capitale de l’automobile, il compte également une immense partie rurale.

L’élection au Conseil de l’Éducation de l’État (State Board of Education) est un scrutin à l’échelle de tout l’État, où chaque électeur peut voter pour deux candidats. Ceux du Working Class Party, Mary Ann Hering et Hali McEachern, ont obtenu respectivement 147 004 voix (1,46 %) et 82 549 voix (0,82 %).

L’élection pour la Chambre des représentants du Congrès fédéral, elle, est un scrutin par districts dans lesquels ils obtiennent :

Kathy Goodwin (5e district) : 8 199 voix (2,26 %)

Andrea L. Kirby (9e district) : 9 030 voix (2,25 %)

Gary Walkowicz (12e district) : 11 146 voix (2,90 %)

Sam Johnson (13e district) : 5 247 voix (1,86 %)

Philip Kolody (14e district) : 2 476 voix (0,74 %)

Enfin, l’élection à l’Assemblée du Michigan a lieu également par districts électoraux et les candidats du Working Class Party obtiennent :

Linda Rayburn (4e district) : 1 014 voix (3,36 %)

Kimberly Givens (7e district) : 1 210 voix (3,51 %)

Simone R. Coleman (14e district) : 1 938 voix (4,75 %)

Larry Darnell Betts (15e district) : 970 voix (2,41 %)

Louis Palus (75e district) : 1 216 voix (3,03 %)

Pour ces militants, ces élections ont été une occasion de s’adresser aux travailleurs et à la population, et aussi d’affirmer la présence de leur organisation ainsi que son existence légale en fonction de la législation en vigueur dans cet État.

Enfin, dans le Maryland, sur la côte Est, le Working Class Party présentait David Harding à la mairie de Baltimore. Dans cette ville industrielle, il obtient 3 048 voix (1,6 %).

Ces résultats montrent que, localement, un courant existe, certes minoritaire, pour faire entendre le camp des travailleurs, face à un système qui voudrait que le seul choix soit entre les deux grands partis de la bourgeoisie.

Michel BONDELET