Égalité salariale femmes-hommes : pas dans mille ans !

11 Novembre 2020

Le 10 novembre était cette année le jour à partir duquel les organisations féministes estiment que les travailleuses d’Europe commencent à travailler gratuitement, si on compare leurs rémunérations à celles des travailleurs masculins occupant le même poste.

Selon la Commission européenne elle-même, « dans l’ensemble de l’Union européenne, les femmes gagnent en moyenne 86 cents là où les hommes gagnent un euro. Elles doivent donc travailler 51 jours de plus pour gagner autant que leurs collègues masculins. »

La Commission a aussi calculé que l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes, au sein de l’UE, était passé de 14,5 % en 2019 à 14,1 % en 2020. Elle déplore le fait qu’au rythme actuel il faudra des siècles pour réduire les écarts de rémunération. Mais les femmes ne peuvent compter ni sur elle ni sur le gouvernement français pour accélérer le mouvement. Il n’existe toujours pas de salaire minimum à l’échelle de l’Europe, ni pour les hommes, ni pour les femmes, et aucune mesure n’a jamais obligé les entreprises du continent à traiter les unes à l’égal des autres. Et ce n’est pas le dérisoire Index de l’égalité professionnelle lancé par le gouvernement français qui changera la donne sur son territoire : il demande aux entreprises de signaler elles-mêmes les écarts de salaire. Comme par hasard, ceux qu’elles indiquent sont faibles !

En réalité, l’infériorité des salaires féminins n’est pas récente. Elle n’est ni un accident, ni un héritage du passé dont la société peinerait à se débarrasser. Elle est et restera la règle dans l’économie capitaliste, qui perpétue et exacerbe toutes les divisions possibles au sein du monde du travail. De plus, avec la pandémie de Covid-19, la condition des travailleuses risque de se détériorer gravement, tant les femmes sont nombreuses dans des secteurs directement touchés par le confinement, comme la coiffure ou la restauration. Et de toute façon, la crise se traduira par une aggravation pour tout le monde du travail, donc encore plus pour les travailleuses.

Autant dire que les travailleuses et les travailleurs n’obtiendront l’égalité qu’en l’imposant au patronat dans leurs luttes contre l’exploitation.

J-L.G.