Non au terrorisme islamiste ! Non à la campagne anti-immigrés et raciste !

28 Octobre 2020

L’assassinat de Samuel Paty nous a tous bouleversés. Mais à ce sentiment d’horreur s’ajoutent maintenant l’écœurement, le dégoût et la peur face à la campagne sécuritaire, raciste et xénophobe qui s’est enclenchée.

Depuis cet acte barbare, Le Pen clame : « Il y a un problème avec l’islam » et demande l’arrêt de l’immigration et l’expulsion des étrangers. Plus lepéniste que Le Pen, la droite fait monter les enchères en prônant la révision de la Constitution pour emprisonner et expulser plus facilement. Valls et Cazeneuve, anciens Premiers ministres socialistes, sont partis en guerre contre les prétendus islamo-gauchistes. Ils appellent ainsi tous ceux qui refusent les discriminations et protestent quand des musulmans sont attaqués.

Quant au gouvernement, il orchestre l’ensemble, dans une fuite en avant policière. Macron a demandé aux ministres et préfets « une annonce par jour », et ceux-ci frappent tous azimuts. Opérations de police, fermeture de mosquée, dissolution d’associations, volonté de limiter la liberté d’expression sur les réseaux sociaux… le couperet s’abat, au risque de tomber dans l’amalgame et la stigmatisation. Et Darmanin ne fait pas dans le détail, lui qui traque le fondamentalisme jusque dans les rayons halal des supermarchés !

Aucune de ces mesures ne peut stopper l’obscurantisme ou le fanatisme meurtrier, mais elles confortent les racistes et les xénophobes.

Qui va en payer la note ? Nous tous, les travailleurs ! Ceux qui sont vus comme musulmans, croyants ou pas, la payent déjà par la suspicion et les amalgames. Les travailleurs étrangers, dont la vie est suspendue à un titre de séjour ou une régularisation, la paieront par davantage de refus. Et tous les travailleurs la paieront par les divisions créées. Alors, ne laissons personne dresser un mur de haine entre nous !

La classe ouvrière rassemble des femmes et des hommes de toute origine et de toute couleur de peau, croyants ou non croyants. Nous nous côtoyons dans les quartiers où nous vivons. Nous nous mélangeons dans les mêmes transports bondés. Et nous nous connaissons, parce que nous travaillons côte à côte dans les entreprises, parce que nous partageons la même exploitation, la même réalité de fins de mois de plus en plus difficiles à boucler, la même peur du chômage.

Notre condition de travailleurs nous unit pour le meilleur et pour le pire dans une seule et même classe sociale qui doit défendre ses intérêts contre le grand patronat. Et, dans cette période de crise où les licenciements pleuvent, défendre nos emplois, nos salaires et nos retraites est une nécessité commune. Il faut le faire unis contre ceux qui veulent nous diviser ou faire diversion.

Notre intérêt est de dénoncer la politique gouvernementale et d’affirmer notre opposition viscérale aux frères jumeaux que sont le racisme et l’intégrisme. Le courant identitaire et nationaliste incarné politiquement par le RN et celui du fondamentalisme islamiste sont deux variantes d’extrême droite. Ce sont deux courants qui portent des projets dictatoriaux et qui sont prêts à les imposer par le sang et la terreur.

Pour ce qui est de l’extrême droite, on l’a vu dans les années 1930 avec le nazisme. Quant au fondamentalisme islamiste, on l’a vu à l’œuvre en Algérie pendant la décennie noire des années 1990 et, plus récemment, en Syrie et en Irak avec Daech. Et le recrutement de jeunes partis faire le djihad témoigne de son emprise mortifère.

Ces deux forces politiques s’inscrivent dans l’ordre social capitaliste. Elles n’ont rien contre le diktat patronal, rien contre l’exploitation. Elles n’ont rien à dire aux travailleurs pour répondre à leurs problèmes vitaux d’exploités. Elles font diversion en fabriquant des boucs émissaires – les musulmans et les étrangers pour les uns, les mécréants pour les autres – et en alimentant l’intolérance et la haine.

Ces deux courants s’affrontent tout en s’alimentant mutuellement au travers de l’engrenage de la haine et de la vengeance. On ne peut pas combattre l’un sans combattre l’autre.

Travailleurs, opposons-nous à tous ces semeurs de haine ! Concentrons-nous sur nos intérêts vitaux de travailleurs ! Refusons de payer cette crise ! Affirmons nos intérêts de classe contre nos seuls ennemis, les capitalistes. La seule perspective qui vaille est de renverser le capitalisme et son cortège d’oppressions. C’est de construire une société sans exploitation, qui permettra de tout autres relations sociales. Cet idéal peut faire rêver et attirer bien des jeunes qui sont aujourd’hui sans repères. Encore faut-il qu’ils rencontrent des femmes et des hommes qui défendent ce projet d’émancipation ! Cela dépend de chacun d’entre nous.

Bulletins d’entreprise du 26 octobre 2020