Trois-Rivières Guadeloupe : l’eau empoisonnée au chlordécone

14 Octobre 2020

Le 7 octobre, un contrôle effectué par l’ARS a révélé un taux élevé de pollution au chlordécone, ce dangereux pesticide, dans l’eau de la commune de Trois-Rivières, en Guadeloupe. C’était le double du seuil habituellement toléré. L’eau a été déclarée impropre à la consommation.

La Régie des eaux a entrepris de changer les filtres à charbon actif destinés à purifier l’eau. Par mesure d’économies, ils ne sont pas toujours changés aussi souvent que nécessaire, et cela pas seulement à Trois-Rivières. Des travailleurs du secteur ont déjà alerté leurs syndicats et les usagers sur ce problème. L’eau, de manière générale, est de mauvaise qualité. Cela amène les usagers à acheter de l’eau en bouteille, ce qui finit par représenter un budget assez conséquent.

La tolérance de 0,10 microgramme par litre est déjà un sujet d’inquiétude. De plus, quand des pollutions excessives sont détectées, qu’il s’agisse de chlordécone, de mercure comme dernièrement aux Abymes, ou encore de matières fécales comme à Basse-Terre, l’information n’arrive que quand les mesures sont faites alors que de l’eau a déjà été utilisée.

Les usagers payent pour de l’eau potable, on leur sert de l’eau empoisonnée. Ces problèmes, qu’il s’agisse de coupures ou de contamination, pourraient pourtant être résolus rapidement et efficacement. Un milliard d’euros permettrait de rénover l’ensemble du système. Pour dégager les fonds nécessaires pourquoi l’État ne contraindrait pas les gros planteurs, responsables de la pollution au chlordécone, à financer tout ou partie des travaux ?

Marie-Céline Deshauteurs