Laboratoires Biopath Unilabs : test positif à la grève

07 Octobre 2020

Le personnel de 40 laboratoires de Paris et de l’Est parisien, ainsi que de la plateforme technique où sont pratiquées les analyses, a fait quatre jours de grève début octobre pour demander 200 euros d’augmentation de salaire et dire qu’il ne supporte plus la dégradation des conditions de travail.

Ce sont en majorité des femmes, infirmières, techniciennes, secrétaires. Le mécontentement a débordé quand elles se sont aperçues que la prime Covid n’avait pas été donnée à tout le monde, alors que la charge de travail a nettement augmenté pour toutes. Il y a bien eu des embauches mais, comme il s’agit souvent de jeunes bacheliers sans expérience, il faut les former sans moyens supplémentaires. Et il faut faire face aux files d’attente devant les labos et gérer le mécontentement des patients, surtout quand il pleut ou qu’il faut annoncer que le prélèvement est reporté par manque de réactif.

Il y a eu jusqu’à 200 grévistes sur 480 salariés. Une assemblée avait lieu tous les matins devant la plateforme technique à Bry-sur-Marne où sont effectuées les analyses. Cela a permis de se connaître et de voir que les problèmes étaient communs : congés supprimés, manque de matériel adéquat... Beaucoup d’entre elles vivaient leur première grève et, si elles n’ont pour l’instant pas obtenu satisfaction, elles sont fières d’avoir relevé la tête.

Unilabs est un groupe financier coté en Bourse et qui est parmi les dix leaders des laboratoires en France. Avec la multiplication des tests Covid, le chiffre d’affaires s’envole, tout comme les profits. Comme disait une gréviste, « sur les 72,60 euros que paye la Sécu pour chaque test, je voudrais savoir ce qui remonte aux actionnaires ».

Correspondant LO