Collins Aerospace – Vernon : licenciements annoncés dans un groupe multimilliardaire

07 Octobre 2020

Collins Aerospace produit à Vernon, dans l’Eure, des pièces d’hélicoptères, essentiellement pour l’armée.

Le groupe y a annoncé la suppression de 75 postes sur 454, des ouvriers aux ingénieurs, et 85 autres sur son site de Saint-Ouen-l’Aumône dans le Val-d’Oise. Cela sans compter les travailleurs en CDD ou intérimaires dont les contrats ne seront pas renouvelés.

La direction invoque la baisse de l’activité aéronautique due au Covid, alors que Vernon travaille pour le militaire, qui ne connaît pas, la crise. En plus de son plan de licenciements de 20 % des salariés, elle cherche à accroître l’exploitation par des mesures comme la polyvalence, la remise en cause des RTT, des horaires variables et de primes. C’est aux dépens des travailleurs qu’elle veut augmenter encore sa rentabilité.

Or Collins Aerospace est une filiale du groupe américain United Technologies (UT), qui possède aussi, entre autres, les ascenseurs Otis, et se porte très bien. En 2019, il a réalisé un chiffre d’affaires record et un bénéfice net de 5 milliards de dollars, en hausse de 5 %. Et Collins Aerospace prévoit encore 10 millions de bénéfices pour 2020.

Vendredi 25 septembre, à Vernon, les syndicats ont bloqué l’entrée quelques heures, le temps de faire venir la presse. Pour eux, il ne s’agissait que de « marquer le coup en vue des négociations». Ensuite, à peine le blocage levé, les chefs téléphonaient aux travailleurs rentrés chez eux à l’appel des syndicats, pour qu’ils reviennent à l’usine.

La direction joue la montre avec ses négociations jusqu’en décembre, mois des licenciements.Les travailleurs le sentent bien. Alors, face à ces attaques que rien ne justifie, hors la course au profit maximum pour les actionnaires, ils auront tout intérêt à se défendre énergiquement.

Correspondant LO