Déchets plastiques : des poubelles jaunes aux décharges d’Asie

23 Septembre 2020

Les déchets plastiques triés dans les poubelles jaunes sont théoriquement destinés au recyclage. Mais une partie d’entre eux, les plus difficiles à recycler, sont exportés de manière frauduleuse en Asie, où ils finissent dans des décharges à ciel ouvert.

Les collectivités locales vendent en effet les déchets plastiques issus des poubelles jaunes à des entreprises installées en France, qui sont chargées de les transformer en granulés, forme sous laquelle ils peuvent réintégrer le cycle de production d’objets en plastique.

Cela fonctionne bien pour des plastiques faciles à recycler, comme les bouteilles transparentes, que les entreprises de recyclage se disputent. Mais quand la nature du plastique le rend plus difficile à recycler, comme c’est le cas pour les paquets de chips, les tubes de dentifrice ou les sacs de courses à usage unique, elles n’en veulent pas car ce n’est pas assez rentable.

Ce sont alors des courtiers en import-export qui interviennent, exportant ces déchets plastiques vers l’Asie. Ils les déclarent comme « recyclables », ce qui limite les procédures de contrôle à leur arrivée. Le procédé est peu risqué et lucratif : les contrôles des conteneurs sont rarissimes en France, le transport jusqu’en Asie très peu cher.

Ces derniers mois, la Malaisie, qui compte parmi les principaux pays destinataires de ces déchets, a pris quelques mesures pour enrayer ce trafic. Quelques amendes sont aussi tombées en France contre les trafiquants. Mais la réponse de ces derniers a été de déplacer les décharges sauvages vers d’autres régions moins surveillées, ou bien d’exporter les déchets sous une autre dénomination que « plastiques », pour moins attirer l’attention des douaniers.

Empêcher de nuire les capitalistes impliqués dans ce secteur, ce n’est pas de l’État français qu’on peut l’attendre.

Valérie FONTAINE