Boiron : non aux fermetures de sites !

23 Septembre 2020

Après l’annonce de 646 suppressions d’emplois, sur 2 312, par les dirigeants des laboratoires Boiron, les syndicats du groupe ont appelé à une journée de grève et de mobilisation sur tous les sites de ce groupe mercredi 16 septembre.

À Pantin, en Seine-Saint-Denis, où le site de distribution compte une cinquantaine de travailleurs, la mobilisation a été réussie bien que cette entreprise ne soit pas, du moins pour l’instant, concernée par les licenciements. Les travailleurs y étaient également en grève contre les suppressions d’emplois et les fermetures de sites.

Boiron entend en effet fermer 12 des 27 sites de distribution et un des trois sites de production, celui de Montrichard près de Tours. La direction de Boiron prétend que le déremboursement par la Sécurité sociale des produits homéopathiques, qui sera effectif au 1er janvier prochain, justifie licenciements et fermetures de sites. Mais cela ne trompe pas les employés du groupe qui ont tous conscience que la famille Boiron a accumulé une belle fortune – elle est parmi les 500 plus riches de France – et qu’elle distribue des dividendes à ses actionnaires, 17 millions cette année. Elle avait même racheté une partie de ses actions pour en faire grimper la valeur. Les travailleurs en concluent donc, à juste titre, que ces licenciements et ces fermetures de site n’ont aucune justification sauf celle de conforter encore profits et dividendes. Quant aux salaires, les travailleurs en grève en soulignaient la maigreur.

Les explications de la direction ne sont qu’un prétexte comme un autre. Elle licencie par anticipation puisqu’elle n’attend même pas le déremboursement. Et si le tract syndical mentionnait celui-ci, les grévistes criaient surtout : « Ils ont de l’argent », répétant sur leurs pancartes : « Tous ensemble, ras-le-tube, on a notre dose ! », et affirmant leur refus des licenciements.

Correspondant LO