Schiappa : le féminisme comme alibi

09 Septembre 2020

Pour préparer sa campagne présidentielle, Macron a visiblement décidé de spéculer sur la haine antimusulmans. Marlène Schiappa, ministre de la Citoyenneté, s’engouffre dans cette nouvelle campagne islamophobe sous prétexte de lutte pour l’égalité des sexes.

Comme si seule la religion musulmane prônait la soumission et l’infériorité des femmes ! Ni les extrémistes catholiques qui mettent en danger la vie des femmes qui avortent, ni ceux qui ont manifesté durant des mois en défendant leur vision réactionnaire de la famille n’ont jamais été ainsi stigmatisés. Les intégristes juifs qui refusent jusqu’à la possibilité de regarder une femme ne le sont pas non plus. Les écoles religieuses, encore parfois non mixtes, catholiques, juives ou protestantes ne sont aucunement inquiétées.

Entre autres mesures, les associations sportives, religieuses ou culturelles devront signer un contrat de respect de la laïcité et s’engager sur l’égalité entre les hommes et les femmes. Outre le peu d’importance que représente la signature d’un bout de papier pour combattre des oppressions, il est évident que les fédérations sportives accusées d’avoir couvert des agressions sexuelles contre de jeunes sportives ne sont pas les principales visées.

Le gouvernement promet également d’interdire aux médecins de délivrer des certificats de virginité. « Ma première réaction a été la surprise évidemment, a réagi la gynécologue Ghada Hatem, parce que je ne pensais pas que ce sujet méritait quon légifère. » Le fait est que des pères, frères ou maris particulièrement réactionnaires, estiment que le corps des femmes de leur famille doit leur appartenir de façon exclusive et veulent qu’on le leur certifie. C’est évidemment un comportement révoltant mais heureusement très minoritaire. Alors brandir la question des certificats de virginité demandés par certains est une façon de cibler les milieux musulmans en les désignant à la vindicte publique, sans que l’interdiction faite aux médecins de délivrer de tels certificats puisse en quoi que ce soit résoudre le problème.

En revanche, alimenter la haine antimusulmans ne peut que renforcer le repli communautaire et le pouvoir des intégristes dans les quartiers populaires immigrés. Mais l’objectif du gouvernement n’est pas de combattre l’obscurantisme et la domination des hommes sur les femmes, leur sexualité et leur liberté de choisir leur vie.

Marion AJAR