Impôts de production : un cadeau à 20 milliards

09 Septembre 2020

Le plan de relance prévoit de baisser les impôts dits de production des entreprises d’un total de 20 milliards d’euros en deux ans.

Ces impôts correspondent à diverses taxes payées par les entreprises, des taxes foncières sur les locaux industriels ou calculées en fonction du chiffre d’affaires. Les deux taxes qui vont être réduites (CFE et CVAE) rapportaient entre 25 et 30 milliards d’euros par an. Cette somme est à comparer avec les 200 milliards d’euros rapportés chaque année par la TVA que paient tous les consommateurs, y compris les sans-domicile qui achètent une baguette de pain. Cette exonération ne s’accompagne d’aucune contrainte, d’aucune obligation d’investir, ni en France ni ailleurs.

Certaines de ces taxes avaient remplacé la taxe professionnelle supprimée par Sarkozy en 2010. La partie définitivement supprimée au 1er janvier 2021 était versée aux régions. Castex s’est engagé à compenser entièrement le manque à gagner mais les élus des collectivités territoriales savent que les promesses de ce genre sont rarement tenues. Et même si l’État compense vraiment, les entreprises ne payant plus cet impôt, c’est la population qui paiera, par la dette publique aggravée, des budgets amputés pour les hôpitaux ou les écoles ou des impôts en hausse.

X. L.