Déchets plastiques : trafic en forte hausse

09 Septembre 2020

Depuis janvier 2018, le trafic illégal des déchets plastiques a explosé. La Chine, qui recyclait avant cette date près de la moitié des plastiques usagés dans le monde, ayant décidé de les refuser, les capitalistes du secteur ont dû trouver d’autres destinations.

Pour parvenir à écouler des tonnages de déchets, les traders, courtiers et autres spécialistes de l’import-export ne se sont pas encombrés de scrupules et n’ont pas hésité à faire appel à des sociétés mafieuses. Les fraudes sont multiples : fausses déclarations concernant la nature des déchets transportés, la destination finale du produit, etc.

Sur environ 1 000 conteneurs inspectés en 2019 à l’entrée en Indonésie, près de 40 % étaient déclarés illégaux, avec un contenu différent des fiches déclaratives.

Les pays pauvres désormais destinataires, Pakistan, Indonésie, Malaisie, Inde, Thaïlande, etc., ont bien du mal à retourner à l’envoyeur ces conteneurs, du fait de l’opacité qui règne sur ce marché. Les démarches durent des mois et les conteneurs refusés encombrent leurs ports.

Quant aux pays les plus riches, dont la France, ils ne font pas grand-chose pour mettre fin à ces trafics qui leur permettent de se débarrasser de leurs ordures à peu de frais.

V. F.