Castex au Medef : c’est Noël pour les patrons

02 Septembre 2020

C’est une tradition bien établie : chaque année, des membres du gouvernement font un petit tour à l’université d’été du Medef pour rendre des comptes à leurs donneurs d’ordres. Cette année, le Premier ministre lui-même a fait le déplacement.

Roux de Bézieux, le président du syndicat patronal, l’a félicité pour l’action gouvernementale menée depuis trois ans. Il est vrai que, de la destruction du Code du travail au plan de relance actuel, le pouvoir peut se vanter d’avoir pleinement comblé les patrons.

Castex a donc continué de les caresser dans le sens du poil, en profitant de sa venue pour annoncer les cadeaux offerts au patronat contenus dans son plan de relance. Le chômage partiel sera prolongé jusqu’à deux ans, aux frais de la collectivité ; 10 milliards d’euros d’impôts dits de production seront supprimés et le manque à gagner pour les régions payé par la population, au travers de la TVA ; les impôts sur les locaux industriels devraient être divisés par deux à partir de 2021 et celui sur les sociétés ramené de 28 à 25 % ; sous prétexte de lutter contre le chômage des jeunes, les entreprises se verront accorder 4 000 euros pour l’embauche d’un travailleur de moins de 26 ans.

Au total, ce sont 100 milliards d’euros dont bénéficieront les entreprises, et principalement les plus grandes d’entre elles. L’assemblée de grands patrons auquel il s’adressait n’en attendait pas moins. Qui plus est, le gouvernement offre ce cadeau royal sans même faire semblant d’exiger la moindre contrepartie, puisque, aux dires de Castex lui-même, aucune « obligation nouvelle qui casserait la confiance » n’accompagnera son plan de relance.

Ce sont les classes populaires qui en financeront la majeure partie, quoi qu’en dise le gouvernement. Puisqu’il lui faudra bien trouver ces 100 milliards, ils seront nécessairement enlevés, d’une manière ou d’une autre, aux services dont elles ont besoin, écoles, hôpitaux, transports, et prélevés sur leurs revenus. Cela afin que cet argent serve aux capitalistes à maintenir leurs profits, tout en continuant à supprimer des dizaines de milliers d’emplois. C’est là l’essentiel de la mission de Castex et de son gouvernement.

Jacques Le Gall