Rentrée universitaire : toujours plus chère

19 Août 2020

Les syndicats étudiants ont estimé que la rentrée universitaire coûterait 76 euros plus cher en 2020 qu’en 2019, soit une augmentation de plus de 3 %.

Les hausses liées aux dépenses de la vie courante (loyer, alimentation, loisirs, transports, téléphone, Internet…) seraient même un peu supérieures. En ajoutant les droits d’inscription, les frais d’assurance, de complémentaire santé etc., un étudiant doit débourser en moyenne 2 361 euros pour effectuer sa rentrée. Il faut rajouter maintenant un budget supplémentaire pour l’achat des masques.

Autant dire que, loin des fables sur l’éducation pour tous, les études supérieures, comme les autres, sont de moins en moins gratuites. Pour les étudiants issus des classes populaires, pour ceux qui ne touchent aucune aide de leurs parents, le coût de la rentrée et des études est beaucoup plus lourd.

L’épidémie de Covid-19 est venue encore aggraver la situation. La fermeture des restaurants universitaires a privé bien des jeunes de repas à bon marché, alors que, avant même l’épidémie, 11 % des étudiants avaient recours aux distributions gratuites de nourriture. Et tandis que la moitié des étudiants sont contraints de travailler pour payer leurs études, une grande partie ont perdu leur emploi avec la crise sanitaire, et ont peu de chances d’en retrouver un dans les semaines, voire les mois à venir.

Les difficultés dans lesquelles se débattent une partie des étudiants n’ont pourtant jusque-là guère ému le gouvernement, qui s’est contenté de verser une allocation unique de 200 euros à 250 000 d’entre eux, moins de 10 % des effectifs de l’enseignement supérieur. On est bien loin des dizaines de milliards d’euros versés à fonds perdu au patronat depuis le printemps.

Jacques Le Gall