Santé : le fléau du “présentéisme”

12 Août 2020

Politiciens et patrons ont l’habitude de dénoncer ce qu’ils appellent l’absentéisme des salariés. La ­réalité est inverse. Une étude de la Dares, le service de statistiques dépendant du ministère du Travail, montre que les salariés se sont rendus à leur travail durant plus d’un jour de maladie sur quatre (27 %). L’organisme baptise donc « présentéisme » le fait d’aller travailler alors qu’on devrait rester à domicile pour cause de maladie.

Sans surprise, ce présentéisme frappe les travailleurs les plus précaires et ceux dont les conditions de travail sont les plus difficiles. Ainsi, les salariés en CDD ou intérimaires viennent travailler un jour de maladie sur trois. Il en va de même pour ceux qui sont soumis à un rythme de travail contraint et surveillé, à une forte intensité de travail ou à des conflits avec leur hiérarchie, bref aux mécanismes au cœur de l’exploitation.

L’allergie au capitalisme ne peut que se développer. En dehors de la suppression de l’agent pathogène nommé profit, il n’y a pas de remède.

Christian BERNAC