Derichebourg – Toulouse : chantage et mensonge patronaux

12 Août 2020

163 travailleurs du site toulousain de Derichebourg Aéronautics Services, sur les 1 583 travailleurs que compte le site, vont être licenciés pour avoir refusé de signer le fameux APC (accord de performance et de compétitivité).

Cet accord, entériné par le syndicat majoritaire Force ouvrière le 12 juin sous prétexte de « sauver » 700 emplois, prévoit une baisse moyenne de 20 % des salaires les plus bas, la suppression de nombreuses primes, dont le 13e mois, ainsi que des indemnités de transport et de repas. En juin déjà, les travailleurs mobilisés avaient rebaptisé l’APC « Accord Pour Crever ».

Une travailleuse, ayant refusé ce chantage, expliquait : « À 1 600 euros […]. il me manquera 300 euros pour faire mes trajets et payer mes factures. On a le choix entre la peste et le choléra. »

Lors de son interview du 14 juillet, Macron avait présenté le plan Derichebourg comme du dialogue social. Mais le dialogue social dont parle Macron est un chantage qui se fait avec un pistolet sur la tempe des salariés.

Pendant des années, ce sous-traitant des géants Airbus et Dassault a affiché un bénéfice se chiffrant en dizaines de millions d’euros. La richesse accumulée par leurs actionnaires depuis des années est largement en mesure de compenser le ralentissement de l’activité. Les travailleurs n’ont à accepter ni baisse de salaires ni suppressions d’emplois.

Christian CHAVAUX