Tests : l’intendance ne suit pas

05 Août 2020

Au lendemain du déconfinement, le gouvernement avait promis de porter à 700 000 le nombre de tests hebdomadaires au niveau national.

Au 29 juillet, on en est encore loin puisqu’il n’y en aurait que 500 000. La raison est qu’il manque du personnel pour réaliser ces tests alors que la demande est en forte augmentation. Le gouvernement a autorisé les tests sans ordonnance, mais il n’a pas prévu les embauches nécessaires pour faire les prélèvements. Les techniciens de laboratoires, les aides-soignants, les étudiants en santé et les secouristes ont été autorisés à en effectuer. Mais cela reste insuffisant tant la demande est grande.

Le gouvernement met en avant un test plus rapide et plus simple en cours de validation : il suffirait de prélever de la salive, ce qui demande moins de qualification que le prélèvement dans le nez avec un écouvillon. Mais il reste à produire le matériel pour faire les prélèvements et les appareils d’analyse, tout en payant des personnes formées pour les utiliser.

Et cela aussi, on peut être sûr que ça va prendre du temps !

Hervé BOIDET