Martinique : des propos racistes provoquent la colère populaire

05 Août 2020

Lundi 27 juillet, plusieurs dizaines d’habitants de la petite ville du Diamant, en Martinique, ont manifesté contre les propos racistes de deux résidents blancs, accompagnant à la gendarmerie de la ville le jeune homme et la famille insultés. Ces derniers avaient en effet décidé de déposer une plainte.

Les manifestants sont restés ainsi mobilisés jusqu’à ce que les personnes en cause soient exfiltrées de leur domicile manu militari et mises en garde à vue.

L’affaire avait commencé le dimanche 26 juillet dans l’après-midi. Le jeune homme avait organisé une fête familiale à l’occasion de son anniversaire. Estimant que la musique était trop forte, la voisine irascible, résidant dans le quartier depuis quelque temps, avait filmé la soirée. Elle avait partagé ces vidéos sur Facebook en les accompagnant de propos injurieux, haineux et racistes, traitant les participants à la soirée de « singes ». Dans un échange avec un de ses amis, elle allait jusqu’à menacer d’user de cocktails Molotov ou de déboulonner la statue du « Nèg mawon » placée à l’entrée de la ville, symbole de la résistance antiesclavagiste.

Ces écrits largement partagés sur Internet ont provoqué la colère. Dès le lendemain, le jeune homme et la famille chez qui se déroulait la fête sont donc allés porter plainte à la gendarmerie, accompagnés de dizaines de personnes en colère. Devant la tournure prise par cette mobilisation, le nouveau maire Hugues Toussay a lui aussi déposé plainte pour injures racistes et propos haineux. La mobilisation a cessé tard dans la soirée, après l’interpellation des personnes en cause, qui devraient répondre de leurs propos devant la justice.

En Martinique une petite fraction de la jeunesse révoltée exprime depuis plusieurs mois ses sentiments de colère, face au racisme et, en général, aux séquelles du colonialisme. L’incident du Diamant, qui a fait grand bruit sur l’île, vient renforcer ces sentiments.

La population de Martinique, confrontée à une situation économique et sociale de plus en plus difficile, à la pauvreté et au chômage endémique, n’accepte pas, en plus, l’arrogance de certains et leur comportement raciste et imbécile.

Marianne TIBUS