Cadeaux aux patrons : ils en veulent toujours plus

05 Août 2020

Dans une interview au journal patronal Les Échos, le président de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) demande que les prêts garantis par l’État soient remplacés par des aides directes.

Les prêts garantis, d’un montant total de 300 milliards d’euros, font partie des multiples aides patronales que Macron et son gouvernement ont mises en place suite à la crise du Covid.

Manifestement, ce n’est pas assez aux yeux de l’UIMM, qui fait partie du Medef. Son président explique tranquillement que les prêts garantis ont beau être des aides, ils ont un gros défaut : il faut les rembourser. Et il demande tout simplement que l’État les remplace par des fonds propres, c’est-à-dire déverse directement de l’argent dans la trésorerie des grandes entreprises. Il n’est pas le seul à défendre cette idée dans les milieux patronaux.

La bourgeoisie est droguée aux subventions, et elle demande toujours d’augmenter la dose.

Thomas Baumer