British Airways : chantage à l’emploi

05 Août 2020

Les pilotes de British Airways ont approuvé à 85 %, lors d’un vote organisé le 31 juillet, un plan de réduction d’effectifs et de baisse de salaires.

Proposé par la direction de la compagnie aérienne britannique, il avait été accepté par leur syndicat Balpa (British Airline Pilots Association).

Pour obtenir ce résultat, la direction s’est livrée à un véritable chantage à l’emploi : les pilotes devaient choisir entre le licenciement de 1255 d’entre eux pour embaucher d’autres pilotes, mais à des conditions moins favorables, ou « seulement » 270 suppressions de postes ainsi qu’une baisse de 20 % de leur salaire, ramenée à 8 % dans deux ans, en attendant un retour à la normale à une date non fixée. Mais, comme la direction a affirmé qu’elle n’envisageait pas de retour au niveau des activités de 2019 avant 2023, l’avenir s’annonce sombre pour les pilotes, et plus largement pour tous les salariés de British Airways.

Selon un correspondant de la chaîne de télévision BBC, il y a de la colère parmi le personnel, qui craint que le chantage ne s’étende aux autres catégories. Le personnel de cabine appréhende, non seulement d’être victime de licenciements, mais de se voir imposer lui aussi une baisse des salaires, y compris pour ceux qui ont été embauchés il y a des années avec des contrats de longue durée, à une époque où ceux-ci étaient plus favorables aux salariés.

British Airways a remercié le syndicat Balpa pour « le travail accompli afin de parvenir à cet accord et sauver des centaines d’emplois ». Quand le cynisme s’ajoute au chantage…

Marianne LAMIRAL