Technicolor – Rennes : non aux licenciements !

15 Juillet 2020

Jeudi 2 juillet, la direction de Technicolor a annoncé la suppression de 110 postes, sur les 283 que compte l’établissement de Rennes.

Le groupe a fait de nombreuses annonces de réductions d’effectifs un peu partout dans le monde. Jusqu’ici, elles concernaient principalement la division cinéma dont l’activité est très ralentie du fait de la pandémie. Cette fois, c’est la division décodeurs qui est attaquée, alors que la direction a dit à maintes reprises qu’elle était peu affectée par la crise du Covid.

Voilà plusieurs années que le groupe Technicolor dit connaître des difficultés. Il s’est séparé de la recherche l’an dernier (180 travailleurs à Rennes), un nouveau PDG à la réputation de « redresseur d’entreprise » a été nommé en novembre et le groupe a récemment conclu un accord sur sa dette avec ses créanciers. Le capital exige maintenant son dû et les travailleurs de Rennes sont sacrifiés sur l’autel du profit.

Les travailleurs étaient de retour sur site le lundi 6 juillet après plusieurs mois en télétravail. L’ampleur du plan et son annonce à la veille des vacances ont certes créé un effet de surprise. Mais depuis le 2 juillet, presque tous les jours des débrayages ont eu lieu ainsi que des assemblées qui ont été l’occasion de reprendre ses esprits, de faire le point et surtout de se motiver les uns les autres. La détermination de se battre grandit et la résistance s’organise. La direction, qui prétend boucler son plan d’ici l’automne, n’est sans doute pas au bout de ses surprises.

Correspondant LO